La vie, Ubuntu et impression 3D similitudes ?

Aller en bas

La vie, Ubuntu et impression 3D similitudes ?

Message par statis le Sam 7 Juil - 13:51

Drôle de titre pour un sujet...

C'est un sujet de vie et pour le développer il faut un support...

L'exemple, avec Ubuntu et l'impression 3D comparés, j'espère, va me permettre d'étayer la conclusion que je vais donner avant la démonstration.

Certaines choses sont réservées à certaines personnes.
Une grenouille ne sera jamais aussi grosse qu'un bœuf.
Nous ne naissons pas égaux et donc la liberté est relative au "package de naissance".

Vous n'êtes pas né avec une cuillère en or dans la bouche.
Vous n'avez pas eu votre premier Iphone à la maternelle.
Vous ne changez pas de MacBook à chaque nouvelle sortie.

Vous n'avez pas les moyens de vous payer les meilleurs logiciels, ceux qui ont un support que l'on peut appeler 24 heures sur 24 et qui vous trouvent toujours une solution.
Vous galérez avec Windows installé sur une trop vieille machine.

Donc vous pensez pouvoir échapper à votre condition avec votre vieux PC et une distribution Linux.
Il vous faut donc chercher une distribution...

Fin du premier épisode.
Sujet du deuxième épisode, la distribution a été choisie.

PS, merci d'attendre la fin de la série (elle ne durera pas des années comme Game of Thrones) avant de démarrer les commentaires Wink

avatar
statis

Messages : 1297
Date d'inscription : 18/03/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vie, Ubuntu et impression 3D similitudes ?

Message par statis le Sam 7 Juil - 23:06

2ème épisode, la distribution a été choisi, c'est Ubuntu.

Pourquoi Ubuntu ?
Parce que cette distribution est utilisable par une personne qui ne connaît rien à Linux...

Sympa l'OS, il y a un "market" avec des applications gratuites.
Et même un soft déjà installé qui permet de faire de la conversion vidéo, Transmageddon pour le citer, cool...
Oups, il faut charger des paquets "non-officiels" pour le faire fonctionner à fond. Etrange mais bon çà fonctionne même si il a été nécessaire de faire des recherches pour savoir comment installer le "truc en plus".
L'ergonomie est proche de windows et je la trouve même meilleure, cool...
Pas moyen de faire fonctionner mon oscilloscope numérique sur ubuntu, pas cool...
Pas de kit de développement pour programmer des micro-contrôleurs Atmega, pas cool...
Pas d'IDE comme WinASM pour programmer en assembleur ni de doc sur les "API" linux, pas cool du tout.
Des softs pour faire de la musique mais une véritable usine à gaz d'applications à faire fonctionner ensemble, moitié cool moitié pas.
OS utilisable pour toutes les applications courantes, mises à jour de mes sites, Open Office, Skype, etc, cool.

Par la suite des plantages mais contrairement au MAC les mises à jour pour les corriger arrivent rapidement, cool...

Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes ?
Oui et non car linux se rappelle déjà souvent comme étant pas assez déployé pour avoir la diversité offerte par Windows.
Mais bon le système est stable et il n'y a pas d'anti-virus qui en plus d'être de la passoire ralentit mon pauvre PC...

Prochain épisode, l'arrivée de l'imprimante 3D...

avatar
statis

Messages : 1297
Date d'inscription : 18/03/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vie, Ubuntu et impression 3D similitudes ?

Message par statis le Dim 8 Juil - 19:38

3eme épisode l'imprimante choisie, une Prusa I3

Une Prusa ? Mais alors pourquoi dans ma signature on voit une K8200 ?

Cà c'est le premier problème avec l'imprimante 3D...
Avant de chosir une Prusa I3 j'avais pas mal fureté pour voir si en cas de problème il y avait des forums d'entraide et c'était le cas.
Malgré des remontées de problème la Prusa I3 avait bonne réputation donc cela limitait les risques.
Me restait à trouver un fournisseur...
Acheter un kit dans une "start-up" qui parait spécialisée dans l'impression 3D ne me rassurait pas.
En principe c'est mieux d'acheter un kit chez ceux qui font du kit...
Et encore mieux quand le fournisseur sert les professionnels et les particuliers...
Donc commande passée dans les meilleures conditions.
Paiement sans problème ce qui n'est pas toujours le cas car j'utilise une carte bleue dématérialisée fournie par ma banque et que cela peut bloquer chez des fournisseurs considérés suspects par ma banque.
En principe on n'a un mail de confirmation d'envoi et cela peut prendre jusqu'à plus de 72 heures pour certains produits.
Entre temps je surveillais mon compte pour voir si le débit se faisait.
Pas la peine de s’inquiéter sur le montant car contrairement à PayPal il est décidé à l'avance et ne peut être dépassé et le numéro de carte ne peut servir qu'une fois, un one-shot comme disent ceux qui ont brûlé Jeanne D'Arc.
Le lendemain de la visu de mon compte débité je reçois un appel, mon compte ne peut être ouvert que si j’envoie un mail avec une photocopie de ma carte d'identité...
Ceux qui connaissent le Statis savent que c'est un animal qu'il ne faut pas chatouiller...
Donc appel au délai de rétractation avec menace de poursuite en cas de on respect de mes droits.
Le remboursement a mit un peu de temps à arriver...
Mon deuxième choix de vendeur pro/particulier/kits ne faisaient pas de Prusa...
Il y avait une K8200 avec option afficheur plus chère que la Prusa...
Bien sur je suis allé fureter , il y avait un seul forum mais il était assez actif et les sujets semblaient recevoir des réponses.
Les vidéos de démonstration étaient assez bluffantes et cette machine étaient donnée pour être compatible PLA/ABS, cool...

A la réception du Kit, quelques pièces en plus et aucune manquante, cool...
Sur le site du constructeur il y avait la liste des outils nécessaires et j'avais ce qu'il fallait donc lancement du montage.
Oups, problème je n'avais pas pensé à lire la doc de montage avant l'achat...
Normalement je devais avoir tous les outils et un tel montage ne me faisait pas peur.

Mais petit détail...
Le serrage de la buse était donné avec un couple (ce qui est très bien, cela fait pro) et avais-je une clef dynamo ?
Oui mais pour la voiture donc pas utilisable pour un petit couple...
Donc nouveau retard plus augmentation conséquente du budget prévu au départ (une clef dynamo petit couple c'est pas donné).
Je suis peut-être le seul à avoir monté ma buse au bon couple mais je sais par expérience que l'on peut avoir de gros problème avec les pièces détachées si elles ne sont pas couvertes par la garantie (et dans le cas de velleman le "fabricant" présumé de la K8200 même si elles le sont) donc pas de prise de risque...

Deuxième détail, je remarque que le système de fixation de la thermistance de buse est un bricolage, mon intuition sera vérifiée plus tard.

Et voilà ma K8200 montée en phase vérification mécanique.
J'ai voulu faire le réglage du plateau avant même d'avoir chargé le firmware, bien m'en a prit...
Pas moyen d'amener la buse à 0.2mm du plateau mais plutôt à 10 fois plus...
Why ? Diraient les bruleurs de Jeanne D'arc...
Je regarde la doc et je ne comprends pas mon moteur est placé comme sur la photo de la section concernant son montage, vraiment pas cool car où est le problème ???
Je remarque plus loin dans la doc qu'il parait placé plus bas...
Ail ail ail...
Je suis habitué à travailler avec des profilés alu et je sais que le métal se déforme au serrage (si on n'est pas au bon couple, couple pas communiqué par velleman...) donc je cherche une autre solution.
Je peux tricher sur la bras sans trop de risques.
La k8200 est prête côté mécanique...

J'ai un PC portable avec Windows et l'outil de chargement de firmware ne pose pas de problème.
J'ai chargé d'entrée celui qui gère l'afficheur et bien m'en a prit...
L'installation de Repetier se fait sans soucis.
La machine répond bien donc je peux tenter la première impression.

J'avoue ne pas avoir été émerveillé par cette première impression.
J'ai eu l'occasion de voir des machines à injection (qui font les pièces plastique de nos voitures) et le système m'a paru très rudimentaire avec un état de surface déplorable...
Mauvaise impression en plus-value quand je me suis retrouvé en fin de filament alors que la pièce n'était pas terminée.
Il était évident d'avoir une bobine entière en plus de "l’échantillon"  mais comment faire pour ne pas interrompre le flux n'avait été expliqué nulle part, pas cool du tout...
La bobine était déjà en place mais le tour de main pour enfiler le fil a la suite était absent...
Premier ratage de pièce, pas cool du tout...

Budget trop dépassé égal devoir vendre mon PC portable...
Et donc passer sur mon PC fixe qui lui était avec Ubuntu (il l'est toujours et il y aura des détails dans un autre épisode).
La k8200 est donnée comme compatible Linux mais en fait ce n'est pas totalement vrai car il faut installer le paquet mono qui est une bouse de l'autre monde...
A cause des tentatives pour faire fonctionner mono je me suis retrouvé avec un défaut système impliquant une ré-installation complète...
Heureusement j'avais la place pour monter un deuxième disque sur ma tour (elle est petite mais c'est impressionnant ce que je suis arrivé à lui faire contenir).
Donc perte de temps incroyable pour ré-installer qu'une partie de mes applications courantes (l'autre n'a pu l'être), reconfiguration de ma messagerie (qui gère beaucoup d'adresses...), etc, inverse de cool puissance 10...
Après essais sur essais avec peur au ventre de devoir tout recommencer, la K8200 est devenue pilotable.

Episode suivante, les débuts de l'impression 3D


Dernière édition par statis le Sam 28 Juil - 9:50, édité 1 fois
avatar
statis

Messages : 1297
Date d'inscription : 18/03/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vie, Ubuntu et impression 3D similitudes ?

Message par statis le Mar 10 Juil - 16:56

4eme épisode, les débuts de l'impression 3D, les débuts des problèmes...

Pourquoi me suis-je lancé dans l'impression 3D ?
En fait c'était pour faire un masque destiné à améliorer celui en tissus d'un appareil que vous ne connaissez certainement pas :
http://remdreamer.com/rem-dreamer_pro.php
Le principe de l'appareil ?
Détecter les mouvement oculaires particuliers qui se produisent uniquement au moment d'un rêve.
L'appareil détecte et envoie des flash lumineux pour que le rêveur prenne conscience de l'état de rêve.
En rêve il est possible de faire des choses extraordinaire comme par exemple voler à volonté Wink

La conscience de rêver lors d'un rêve a été baptisée "rêve lucide" par Stephen Laberge.
Pour ceux que çà intéresse :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Stephen_LaBerge
Là on n'est pas dans l'ésotérisme mais dans la science, Laberge a un doctorat en psychophysiologie et les études ont été faites en laboratoire "sérieux" au sein d'une université Wink
Ce n'est pas non plus de la science fiction comme dans le film "Inception" https://fr.wikipedia.org/wiki/Inception.
D'ailleurs dans toute l'histoire du "rêve lucide", dont les études sérieuses existent depuis bien longtemps avec un pionnier Hervey de Saint-Denis (un français) https://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9on_d%27Hervey_de_Saint-Denys, poursuivies plus tard par Patricia Garfield https://en.wikipedia.org/wiki/Patricia_Garfield (encore une titulaire de doctorat, en psychologie), avant Laberge, aucun cas de rêve partagé n'a été consigné.
En dehors du cursus scientifique, un seul cas a été relaté mais même les participants ne sont pas surs du réel partage. L'expérience devait être réalisée par trois "rêveurs lucides" chevronnés mais dans le rêve obtenu (non reproduit par la suite) seulement deux ont eu des souvenirs pouvant faire penser à un partage. Un rêve "induit" sur un même sujet peut se produire chez deux personnes en même temps surtout si c'est ce qui est recherché. La troisième personne était présente dans le rêve, ce qui correspond totalement au "vouloir" des deux autres. Les probabilités de partager un "rêve induit" entre trois personnes sont assez faibles pour envisager que cela soit un "rêve lucide" partagé (sans toute fois devenir une preuve de possibilité s'il n'y a pas reproductibilité) donc pas "d'Inception" Wink
Il faut rajouter sur ce film qu'il a certainement été inspiré par un autre plus ancien "Dreamscape" https://fr.wikipedia.org/wiki/Dreamscape.
Depuis Inception il y a même eu des séries sur le sujet du rêve comme par exemple Falling Water https://en.wikipedia.org/wiki/Falling_Water_(TV_series) mais tout cela n'est guère sérieux Wink
Le monde onirique est assez trompeur, Hervey de Saint-Denis a mit en avant la confusion possible entre le rêve et le voyage astral de par une expérience qu'il a eu lui-même. En tant que "rêveur lucide" entraîné il a su reconnaître un rêve qui au départ ressemblait du voyage astral, une OBE https://fr.wikipedia.org/wiki/Exp%C3%A9rience_de_hors-corps qui en fait n'en était pas une.
Dommage pour ceux qui croient en faire, cela peut être un "mirage".
Et même un "rêveur lucide" pourrait être trompé...
Je me souviendrais toujours de ce rêve dans lequel je doutais d'être dans le monde éveillé. L'environnement semblait tellement réel que même la pizza que je mangeais avait un goût impossible à avoir dans un rêve. Et comme dans un rêve tout est possible, la pizza en était une mais onirique, chose dont je me suis aperçu qu'au réveil...

Problème, les rêves lucides ne sont pas faciles à obtenir, très peu d'entre nous même avec beaucoup d'entrainement n'en feront jamais volontairement.
Comme pour l'impression 3D, mes moyens dans ce domaine sont limités et même si j'ai plus d'une centaine de rêves lucides à mon actif (comme plusieurs kilos de filament imprimé), leur qualité et leur périodicité est faible (comme toutes les pièces ratées sur ma K8200 et Dreamer)...
L'appareil était donc un "amplificateur" de chance de "rêver lucide".
Problème, le masque bouge et les algorithmes de détection peuvent être trompés envoyant du signal aux moments ou il ne faut pas.
Le cerveau a vite fait de s'habituer aux flashs lumineux et de se mettre en mode "à ignorer"...
De toutes les nombreuses nuit avec le masque, une seule fois le signal est parvenu dans mon rêve. Manque de bol j'ai trouvé seulement étrange qu'une lumière clignotante se trouve dans le décor mais cela n'a pas réveillé ma "lucidité"...

Me voilà donc parti en début de projet...
Pas de masque pour "Rem Dreamer" sur Thingiverse...
Tant pis il fallait bien commencer, donc je sélectionne un masque que je pourrais éventuellement adapter par la suite...
Et mon enfer à commencé avec du décalage...
Impossible d'imprimer ce masque, même à la plus petite vitesse possible, çà décalait toujours...
Le forum Velleman m'avait énervé et j'ai été sympathiquement mis en en contact avec celui sur lequel vous êtes en train de me lire.

La source des décalages a été identifiée comme étant la buse qui tape contre une remontée de matière due à une mauvaise ventilation de pièce...
Nouveau projet, imprimer un ventilateur de pièce pour me sauver https://www.thingiverse.com/thing:160252
Mais c'était le chat qui se mord la queue, pour imprimer la pièce j'avais besoin d'elle pour ne pas avoir de décalage...
Heureux (c'est rare) possesseur d'un stylo 3D, j'ai pu après de nombreux essais inutilisables avoir une pièce avec du décalage mais que je pouvais "casser" et ressouder...
Avec cette nouvelle pièce (bricolée) j'ai pu arriver, après encore plusieurs essais en avoir une correcte.
Correcte...
C'est juste pour dire "utilisable" car un nouveau problème s'était greffé, le support de ventilateur, et le diffuseur avaient les trous, ni au bon diamètre ni au bon emplacement. Le support ne se clipsait pas correctement au rail alu...
Et les décalages ont quand même continué par la suite...

L'enfer s'est poursuivi sur plusieurs années...
J'ai commencé à regarder les défauts éventuels sur la K8200...
Et le sujet http://3dprinting.forumactif.org/t227-controle-technique-de-la-k8200-39-defauts-detectes-sur-40-points?highlight=contr%C3%B4le a démarré avec des modifications qui ont pris des années.

Il y a des points pendant cette période qui m'ont particulièrement énervé comme par exemple le comportement du SAV Velleman...
M'étant aperçu que mes poulies étaient voilées (entre autres défauts que vous pouvez voir sur le sujet dont j'ai mis le lien plus haut), j'ai envoyé un gentil mail à leur SAV.
Je ne demandais même pas obligatoirement un remplacement mais au moins connaître leur référence et où les commander...
Pas de réponse...
Deuxième mail de relance, pas de réponse...
Troisième mail avec promesse de leur faire la misère s'ils n'avaient pas au moins la politesse de me répondre...
Depuis je tiens mes promesses et si vous étudiez le sujet cité plus haut vous aurez la preuve du manque de sérieux flagrant de cette société...

J'ai eu des points hyper-bloquant comme l'alimentation qui a lâché et tous les soucis qui puissent s'imaginer avec cette imprimante.
Comme précisé dans le sujet cité plus haut, il ne reste plus que 7 pièces plastique d'origine, les 4 pieds, le support de ressort tendeur de filament et les deux demi-coques du roulement qui va avec.
Tout le reste a été imprimé, avec la K8200 modifiée au fur et à mesure (1 pièce sur 6 réussie en moyenne et de qualité "limite".
Et une partie sur ma Dreamer car elle pouvait imprimer en ABS contrairement à la K8200 qui mensongèrement était donnée comme capable...

Pour terminer cette épisode, je vais basculer un petit peu sur Ubuntu...
Ubuntu fait des mises à jour fréquentes et proposait des montées en version. J'étais en 14.04 et la 16.04 était proposée.
J'ai eu un PC sur lequel je n'ai pas monté en version dans les temps et il m'a fallut tout réinstaller donc vas-y la 16.04...
Et ?
Gros problème, la K8200 n'était plus pilotable par Cura (option PronterFace activée). Repetier m'ayant causé de gros problème avant je n'utilisais plus que ce slicer (qui donnait d'ailleurs de meilleurs résultats). Je ferais un épisode plus tard avec la partie "slicers".
Et avec toutes les opérations réalisées pour essayer de récupérer les commandes de la K8200, je me suis retrouvé avec un système totalement instable comme cela c'était produit lors du passage de 12.04 à 14.04 avec Repetier sans aucune aide sur le forum Ubuntu https://forum.ubuntu-fr.org/viewtopic.php?id=1656541.
Donc encore une réinstallation complète du système sans tenter de piloter la K8200...
Heureusement que ma K8200 a été équipée dès le départ de l'afficheur qui a aussi la fonction commande et impression autonome à partir d'une carte SD...
Ubuntu et impression 3D, un bon mariage ?
Peut-être pour certains mais pas pour moi.
Il y aura de l'épisode sur Ubuntu Wink

Prochain épisode, la Dreamer.

avatar
statis

Messages : 1297
Date d'inscription : 18/03/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vie, Ubuntu et impression 3D similitudes ?

Message par statis le Sam 14 Juil - 18:47

5eme épisode la Dreamer

On ne peut pas toujours avoir de la malchance et de temps en temps un truc bien arrive...
Chez moi les trucs bien arrivent toujours avec des difficultés...
Un cadeau reçu...
Un Iphone dernière génération...
Mais voilà je n'aime pas de genre de bête...
Par contre ce genre de truc a une valeur marchande.
L'Iphone vendu, une petite rentrée et un geste du vendeur (merci à lui) pour s'aligner un peu sur les prix des concurrents et le budget pour une Dreamer est bouclé Wink

J'étais bloqué sur la K8200 et la Dreamer allait pouvoir me sauver...
Et oui, il me fallait refaire tout le système X/Y de la K8200 et cela aurait été impossible de trouver les bons ajustements sans avoir une autre imprimante, qui plus est devant travailler en ABS...

La Dreamer machine dite bluffante...
Au début j'étais perplexe, voir le début du sujet http://3dprinting.forumactif.org/t319-vrai-ou-faux
J'ai eu de l'assez bon résultat, avec du filament de la marque (celui livré avec la machine). Cependant côté "côtes", je me retrouvais avec des différences entre les dimensions du modèle et l'impression.

Avant je vais parler d'un petit détail, un problème de livraison...
La Dreamer a du être transportée tête en bas...
Bilan après avoir tout déballé (livreur parti depuis longtemps), je m'aperçois d'un problème de taille...
Les axes X/Y ne sont pas d'équerre...
L'imprimante a été essayé avant l'envoi, le vendeur est sérieux (il a même gracieusement adapté la Dreamer pour qu'elle puisse prendre d'autres bobines que les Flashforge) donc ce n'est pas un défaut d'origine.
Le vendeur contacté me propose de faire un échange standard au moment de la nouvelle livraison. Opération idéale, j'aurais pris la nouvelle Dreamer et donné en même temps celle en défaut.
Mais je ne suis pas une personne idéale.
Je ne peux pas m'absenter une journée du travail quand je veux.
Oui il me faut une journée pour réceptionner une livraison car les livreurs passent toujours en inverse de ce qui est prévu, si c'est le matin qui est programmé ils passent l'après-midi et inversement et en cas d'absence c'est eux qui proposent quand ils peuvent repasser...
Je trouvais que le problème ne nécessitait pas un échange standard...
Effectivement, remettre en place le truc ne devait pas être sorcier...
Je demande donc au vendeur de voir avec Flashforge pour me donner la marche à suivre.
Entre-temps j'observe le système et décide d'agir.
En fait j'ai utilisé la deuxième méthode de cette vidéo :
https://www.youtube.com/watch?v=ZWikheqddkA
Avec une mise en place faite avec des cales calibrées pour avoir un équerrage parfait, contrairement à ce qui est montré dans la vidéo ou c'est fait "à tâtons"...
Le retour de Flashforge via le vendeur est une vidéo qui montre que la première méthode, la "méthode bourrin"...
Pas content le Statis car çà lui rappelle le sérieux Velleman...
Et encore moins en ce qui concerne le remplacement des pièces plastique qui tiennent les guides.
Le plastique, même s'il est moins sujet aux déformement que d'autres matières, ne pouvait pas avoir au moins un peu souffert.
Ces pièces n'ont aucune raison d'être remplacées en "utilisation normale" donc pas de nouvelle côté Flashforge...
Cependant après de nombreuses recherches je les ai trouvées aux Etats-Unis chez leur représentant officiel.
Malheureusement les frais de transport ont été abominables (taxe forfaitaire, etc) mais j'ai eu mes pièces Wink
Je tiens à préciser :
- que le vendeur n'est pas en cause puisqu'il avait proposé un échange standard immédiatement
- que Flashforge n'est pas une mauvaise marque sauf sur ce qui concerne ce qui ne devrait pas arriver (j'ai quand même eu une solution contre 0 avec Velleman)

Et la Dreamer a servi à faire toutes les pièces en ABS pour la partie X/Y de la K8200 ainsi que d'autres au besoin.
Cependant il ne faut pas croire aux miracles avec toute imprimante 3D, comme sur la K8200 pour avoir la pièce désirée il faut des fois s'y prendre en plusieurs fois...
Donc plus de moyens ne veut pas dire "paradis" mais plutôt absence relative d'enfer. Cela n'évite pas tous les problèmes mais donne plus de chance d'en avoir moins, relativement à la personne concernée...

Situation idéale avec la Dreamer ?
Non pas vraiment...
Les meilleurs résultats de surface obtenus l'ont été avec les deux bobines PLA/ABS fournies avec la machine. Deux bobines qui m'ont servi pendant des années à cause du peu d’intérêt des couleurs (vert fluo pour le PLA que je suis enfin arrivé à finir et blanc pour l'ABS dont il me reste la bobine encore presque entière) et qui n'ont pas perdu de leur qualité dans le temps.
Le PETG de Form Futura est un enfer et les autres ne sont pas compatibles sans modifier l'extrudeur...
Moyennant une petite modification il est possible d'utiliser du NinjaFlex mais pour de petites pièces car ce filament trop souple finit par bloquer dans l'extrudeur si l'impression est trop longue...

Et le côté slicer ?
...
Flashprint n'est pas mauvais mauvais, je le donnerais même comme meilleur que Simplify 3D pour des impressions courantes.
Et oui avec une Dreamer c'est soit Flashprint (slicer constructeur) ou Simplify 3D.
Génial puisqu'il y a S3D ?
Je ne sais pas pour la version windows mais pour Linux c'est une autre affaire.

Je parlerais de S3D dans l'épisode suivant, les slicers...
avatar
statis

Messages : 1297
Date d'inscription : 18/03/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vie, Ubuntu et impression 3D similitudes ?

Message par statis le Sam 28 Juil - 22:38

6eme épisode, les slicers et la modélisation...

Velleman fournit un tutoriel d'impression qui utilise Repetier donc en bon mouton j'ai commencé avec ce "truc" sans savoir ce que c'était.
Repetier permettait de piloter l'imprimante mais j'ai vite compris que l'USB n'est vraiment pas adapté à piloter une machine qui travaille en temps réel...
Et oui, la vitesse USB est variable donc rien ne garantit que les commandes arrivent bien "synchronisées" aux moteurs donc possibilités de décalages qui se rajoutent à celles dues à la buse qui tapent sur les excès de matière...
Bien sûr en travaillant à vitesse de tortue, cela solutionne beaucoup de choses...
On naît limité ou pas et la vie en rajoute par exemple en impression 3D...
Qui veut peux ?
Qui peut va pouvoir vouloir !
Souvenez-vous que j'ai gonflé le budget pour avoir un afficheur qui lit les cartes SD Wink
J'ai voulu et donc pu me passer de l'USB...
L'afficheur de la K8200 coûte cher donc pas tout le monde en a un :'(
On naît tous libre et égaux, oui en rêve.
C'est rare pour moi mais dans ce cas je suis parti avec un avantage dans la vie de l'impression Wink

Mais afficheur ou pas, mes premières impressions ont été catastrophiques dès le début avec des "côtes" en erreur...
J'ai parlé plus haut des trous, pas au bon diamètre qui en plus ne correspondaient pas à la bonne position...
J'ai voulu imprimer un filtre pour une fontaine à chat Drinkwell (le site vendait les fontaines mais pas les filtres... mais le modèle existe sur thingiverse) et ?
Bang, pas la bonne taille...
C'était mes début avec SlicxR (je ne me souviens plus quelle version) et donc je ne savais pas trop de qu'est un slicer, surtout qu'il était intégré à Repetier...
Donc je mes suis dit, je vais utiliser Blender pour changer l'échelle...
Problème, slicTruc m'affiche un message comme quoi le "STL" a des erreurs...
Recherche sur le net, demande d'aide, etc...
En finalité je ne me souviens plus du truc que j'ai utilisé pour "réparer" le "STL" mais une fois fait j'ai lancé l'impression.
Et bang encore, la taille était bonne mais les "vides" du filtre étaient devenus trop petits...
Si l'on m'avait dit qu'avec une imprimante 3D il faut retravailler les pièces pour avoir un résultat, je me serais demandé si j'avais assez de talent pour la "sculpture" et donc si le "truc" était pour moi...
Mais comme plein de produits, les vendeurs mentent par omission...
" La vie et le mensonge sont synonymes. "
Fiodor Dostoïevski ; Bobok (1873)
La K8200 d'origine ne peut imprimer en ABS...
Elle n'est pas capable d'imprimer des pièces aux bonnes "côtes" ?
Après de nombreuses recherches, j’apprends que les "slicers" utilisent différents algorithmes pour éviter ce genre de problème.
La  solution Velleman "Repetier" contenait donc une omission sur les capacités de la K8200 fonctionnant avec des "fichiers STL" non optimisés...
Des omissions, il y en a beaucoup avec l'impression 3D...
L'omission étant aussi une forme de mensonge, la vie qui est loin d'être parfaite devient aussi un synonyme d'impression 3D...
Une omission qui j'ai envie de citer à propos du filament certifié alimentaire...
Lorsque l'on nous vend du filament "certifié alimentaire", on oublie de nous dire qu'il ne doit pas être utilisé avec une imprimante qui a une buse en laiton.
Le laiton peut contenir du plomb et nul n'est censé ignorer la loi du commerce...
Une loi qui dit que l'acheteur doit être conscient des évidences dont il n'est point besoin de parler...
Evidence que l'on retrouve avec une imprimante en kit, car après tout il faut vraiment être naïf pour croire qu'avec ce genre de machine on aura des résultats "pro"...

Mais qui dit algorithme particulier à tel ou tel slicer, dit que peut-être une solution de contournement existe...
Et me voilà à la recherche de skeinforge (plus sur du nom) qui lui en aurait un bon...
Mais sur Ubuntu pas moyen de trouver...
Ubuntu me complique donc la vie...
Enfin non, on ne dit pas qu'Ubuntu a des lacunes, donc omission, mensonge et vie...
Voilà, c'est la vie, les emme.des, etc
Le Statis est une animal qui n'aime pas que l'on limite sa liberté et il veut des pièces aux bonnes côtes !!!
Dans les recherches il apparaît que Cura est un Slicer qui justement aurait amélioré le fameux algorithme "skeinforge".
Et là galère car aucun tuto pour installer le truc sur une K8200...
Mais après une belle traversée du désert me voilà avec Cura opérationnel et avec en plus une option "pronterface" qui permet de piloter l'imprimante comme avec repetier Wink

Suite à une mise à jour d'Ubuntu, plus de pilotage possible à cause d'un "mer.ier" avec "mono" (un truc windows adapté pour Linux) donc plus de pilotage d'imprimante.
Heureusement que j'avais pris l'afficheur dès le début Wink
Cura lui continuait de fonctionner.
Mais pour les côtes, même s'il y a avait eu une bonne amélioration, le reperçage, le ponçage et autres travaux (difficiles à faire sur du PLA) continuaient à m'empoisonner la vie...
Les parents omettent de dire qu'il y aura plus de déceptions que de satisfactions dans la vie, avec les miens je dirais pour leur défense qu'il ne pouvaient pas imaginer que je prendrais un jour une imprimante en kit...

A part Cura, sur Ubuntu pas d'autre slicer "gratuit" utilisable sur al K8200...
Donc Blender ne paraissant pas adapté je me suis mis à la recherche d'un logiciel pouvant produire des fichiers STL sans défaut.
Je ne suis pas retraité ni home au foyer donc pas le temps d'essayer de prendre en main un logiciel qui demande de travailler avec des formules...
J'ai donc choisi Freecad car il y a des tutos et on peut travailler avec sur le principe de la soustraction de forme ce qui permet de modéliser pas mal de pièces sans utiliser les outils plus puissant qu'il a pour une modélisation "avancée".
Aujourd’hui je le manipule un peu mieux mais je manque encore de temps pour bine le maîtriser...

J'en profite pour pousser un coup de gueule contre les anti-sexistes, ceux qui prônent l'égalité des sexes...
Pourquoi l'homme n'aurait-il pas le droit d'être "homme au foyer" ou "homme entretenu" si le couple n'a pas d'enfants ?
Quand on fait de l'impression 3D on peut faire de la couture, etc..
La femme veut pouvoir faire les mêmes choses que l'homme mais lui n'a pas le droit de prendre sa place, c'est "mal vu" et donc du sexisme manifeste Wink

Bon je reviens sur FreeCad dont la version Linux me plaît plus, je le précise par honnêteté même s'il a aussi des défauts, comme la vie...
Il m'a permis de faire des pièces au plus juste possible.
Le principe ?
Création d'un STL représentant une partie "sensible" de la pièce globale, impression, mesures, corrections, ré-impression jusqu'à avoir un résultat correct puis tentative de l'imprimer en totalité avec autant d'essais que nécessaire...
Même avec la Dreamer j'ai du utiliser ce principe pour par exemple réaliser les pièces pour modifier X/Y sur ma K8200...

Et sur la Dreamer, les slicers ?
Plus chère et moins fournie...
En fait seulement celui de la marque "flashprint" et Simplify3D qui est trop cher...
Flashprint est "trop simple", il lui manque des options qui seraient bienvenue par contre il tourne très bien sur Ubuntu.
Simplify3D est trop cher et je peste d'avoir payé un tel prix en pensant qu'il allait devenir mon slicer principal sur la Dreamer ce qui aurait pu justifier le sacrifice financier que j'ai du faire pour l'obtenir.
Alors qu'avec Flashprint il est très simple de jouer sur les deux extrudeurs de la Dreamer, avec Simplify3D çà bogue sur la version Ubuntu.
Pour pouvoir sauver les profils avec Simplify3D il faut le lancer en ligne de commande en mode super-utilisateur et cette manière de faire n'est plus possible avec Ubuntu 18.04...
Et je ne supporte pas d'utiliser des lignes de commandes...
Franchement je n'utilise Simplify3D sur la Dreamer que quand j'y suis obligé.
Comme quoi dans la vie, "avoir les moyens" ne suffit pas toujours...

Pour ma K8200UM sur Ubuntu les possibilités de slicers se sont un peu élargies.

J'ai pu travailler avec Kisslicer qui m'a donné résultat sur ma K8200 meilleur que ceux obtenus sur ma Dreamer.
Kisslicer n'est pas constant et pour en tirer le meilleur parti il faut du temps que je n'ai pas...
La dernière version de Cura me pose des problèmes avec "mon Ubuntu" (je précise "mon" car cela a une importance dont je parlerais dans l'épisode dédié), je travaille avec l'ancienne...

Avec MatterControl je peux piloter la K8200 sans problème (Simplify3D le peut aussi), il a son propre slicer et peut aussi lancer Cura et Slic3R. Mis à part la commande USB qui fonctionne et qui peut bien servir pour un réglage de PID (pas possible de remonter les infos nécessaires avec l'afficheur de la K8200...), il ne m'a pas bluffé...
 
Sans commentaire pour Slic3R, perso je ne vois pas la différence avec les anciennes versions...

J'utilisais Simplify3D en alternance avec Cura mais un petit nouveau pour moi est venu me donner un coup de main, IdeaMaker...
C'est le soft livré avec les Raise3D, dispo en version gratuite...
Et la ou Simplify3D a échoué avec une pièce un peu "problématique"  IdeaMaker a réussi...

D'autres slicers sont disponibles mais en version 32 bits pour Ubuntu...
Je suis en 64 bits...
Et franchement je me demande si un logiciel ne tournant que sur une version 32 bits vaut le coup mais qui sait...

Il y a aussi des "typiques" linux comme repsnapper mais je n'arrive pas à le faire fonctionner pour cause de manque de temps...

En fait je vais choisir un slicer ou un autre en fonction de leurs différence et çà me déplaît beaucoup.
Je suis un romantique et je n'aime pas faire l'abeille qui va de fleur en fleur...
Accepter d'avoir plusieurs slicers c'est comme l'idée d'avoir plusieurs partenaires en prenant ce qu'il y a de bon chez l'une et chez l'autre.
En non-sexiste je devrais accepter que ma partenaire en fasse de même...
J'attends donc de mon slicer qu'il soit "suffisant"...
Mais suis-je moi-même suffisant ?
La vie me dicte donc que je dois faire un choix, me marier avec un slicer et ne plus regarder les autres...

Choix encore plus compliqué car j'ai deux imprimantes...
Avec leurs qualités respectives et leurs slicers...
Suis-je en train de dire que ma K8200UM peut être meilleure que ma Dreamer sur certains points ?
IdeaMaker ne tourne pas sur la Dreamer...
Simplify3D n'est pas au top sur la Dreamer...
Le Ninjaflex, malgré une modification de l'extrudeur est certainement mieux entraîné sur ma K8200UM (j'ai pas pu faire d'essais en prenant une bobine de 1.75 pour la Dreamer et une de 3mm pour la K8200UM, manque de moyens pour en prendre 2).
Si je modifie la Dreamer je ne pourrais quand même pas aller au-dessus de 250° en température d'extrusion (230° max à l’origine) tandis que je peux trouver une solution pour ma K8200UM...
La plateau X de ma Dreamer est plus large que celui de ma K8200 (plus modifiable sur ce point...) alors qu'à l'inverse Y et Z sont plus petits...
Les deux imprimantes se complètent...
Qui va me compléter moi ??? :'(

La réflexion sur les slicers (faite avant l'écriture de la série...) m'a amené à réfléchir sur les autres complémentarités qui en sont pas complètes et donc demandent de la multiplicité.
Donc en conclusion de cette épisode, je dirais que l'impression 3D peut déclencher une dépression de par le prolongement philosophique que cela peut avoir :'(

Prochain épisode, Ubuntu, la goutte d'eau qui fait déborder le vase...
avatar
statis

Messages : 1297
Date d'inscription : 18/03/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vie, Ubuntu et impression 3D similitudes ?

Message par statis le Jeu 30 Aoû - 20:48

Et non ne voilà pas le dernier épisode, Ubuntu ou on est fo.tu

Un peu d'historique en plusieurs épisodes avant...

Premier ordinateur, un Jupiter Ace https://fr.wikipedia.org/wiki/Jupiter_Ace
Je voulais un ZX81, il n'y en avait pas et dans mes moyens c'était le seul.
La vendeuse m'a dit attention avec celui-là il faudra programmer...
Programmer ? Quelle autre utilité d'avoir un ordinateur si ce n'est pour faire des programmes...
Si je voulais des jeux j'allais les programmer, un point c'est tout !
Et je l'ai fait Wink
Particularité du Jupiter Ace, langage Forth résident, les journaux de l'époque étaient surtout orientés "Basic"...
Forth VS Basic c'est comme Betamax VS VHS, le jour et la nuit avec cette dernière qui gagne...
Le Jupiter Ace, une super machine au niveau langage résident mais très fragile...

Donc deuxième machine un Canon X07 https://fr.wikipedia.org/wiki/Canon_X-07 et découverte du Basic.
En plus du Basic Microsoft, une référence à l'époque...
J'ai fait quelques programmes avec sans être séduit par le Basic.
Manque de chance, une chute et écran cassé, plus d'ordinateur...

Ensuite un ZX Spectrum https://fr.wikipedia.org/wiki/ZX_Spectrum à un prix imbattable.
Pas plus séduit par le Basic résident plutôt "batard"...
Mais il y avait des jeux...
Un jour je tombe sur un jeu qui faisait parler le Spectrum...
Impossible à faire en Basic...
Donc direction la librairie spécialisée pour trouver un bouquin sur le langage machine du Z80 (le processeur du Spectrum).
J'ai fait parlé le Spectrum de la même manière que le jeu qui en fait utilisait une astuce pour produire du son (très mauvais car sans modulation d'amplitude)...
Pas cher veut dire panne rapide...

Plus tard une super occasion, un Commodore SX64 Commodore SX64https://en.wikipedia.org/wiki/Commodore_SX-64 avec un tout petit écran mais en couleur Wink
Encore du Basic résident...
Pareil un petit tour à la librairie pour trouver un bouquin sur le 6502 (processeur du Commodore 64 et SX64).
Quelques programmes cette fois-ci en pur langage machine, beaucoup de jeux d'occasion et un jour panne fatale...

Des potes jouaient à Dungeon Master sur l'Atari 520STF https://fr.wikipedia.org/wiki/Atari_ST et voulaient que je m'y mette aussi.
Même si l'Atari était bien moins cher qu'un Macintosh Classic https://en.wikipedia.org/wiki/Macintosh_Classic il n'était pas dans mes moyens...
Puis un jour une annonce me saute aux yeux, un Atari à un prix vraiment cassé, le vendeur mettait une condition il ne le vendrait qu'à un passionné.
Et me voilà chez lui, on discute langage machine et un peu plus tard il me dit "la bête est à toi"...
Il ouvre un tiroir et me sort une disquette en me disant "çà c'est DevPac, tu va t'éclater" puis me fait une sélection de jeu en ouvrant une multitude de tiroir remplis de disquettes.
Tous les jeux étaient super, le prix aussi.
Petit problème par la suite, pas de bouquin sur le "système d'exploitation" de l'Atari en librairie...
Et oui les systèmes d'exploitations remplaçaient les langages résident qui eux devenaient des "programmes" (comme DevPac par exemple, un super assembleur/debogueur).
Il y avait MS-DOS de Microsoft sur PC, le système Macintosh, celui de l'Atari et pareil pour l'Amiga de Commodore https://fr.wikipedia.org/wiki/Amiga , les trois derniers avaient une souris alors qu'elle n'est apparue qu'avec Windows côté Microsoft...
Une opportunité plus tard je récupérais un livre sur le processeur 68000 (Macintosh, Atari et Commodore un 16 bits avec registres 32 bits alors que le processeur 8086 PC était encore en 8 bits) et tout sur le système d'exploitation Wink
Je me suis vraiment éclaté avec le 520STF et DevPac, j'ai même fait de l'overscreen, un truc de fou qui permettait d'utiliser le cadre noir entourant l'image sur le moniteur pour afficher des choses Wink
Encore aujourd'hui je regrette DevPac et la souplesse du processeur 68000 https://fr.wikipedia.org/wiki/Motorola_68000 me manquent...
Un 68020 https://fr.wikipedia.org/wiki/Motorola_68020 de la préhistoire avec des circuits de conversion A/D rajoutés serait bien plus performant que l'Atmega 2560 qui équipe nos cartes de pilotage d'imprimante 3D...

Fin de cet épisode avec la frustration que l'esprit Forth et 68000 n'ait pas perduré comme on le verra dans les suivants...
avatar
statis

Messages : 1297
Date d'inscription : 18/03/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vie, Ubuntu et impression 3D similitudes ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum